Il fallait bien que ce jour arrive. Mademoiselle Cléo vous quitte, semble-t-il pour toujours.

Les nombreux messages que j’ai reçu de mes lecteurs au cours des derniers mois m’enjoignaient à écrire, à me manifester, à donner au moins quelques nouvelles. J’ai fait la démarche, l’été 2018, sans faire aucune annonce publique, de supprimer mon facebook, qui, de toute manière, m’était inutile. Avec ma désinscription de bons nombre de sites où j’avais (encore) un profil fantôme, je m’efface petit à petit du monde virtuel. Ces choix, initiés depuis maintenant presque un an, sont toujours d’actualité. Même plus que jamais, et la tendance ne risque pas de s’inverser. Mais je ne m’éloigne pas d’un lieu comme on fuit une scène de crime. Je change simplement de maison, comme un bernard l’hermite abandonne sa coquille lorsqu’il a grandi. N’hésitez pas à me contacter par mail si vous voyez mon profil encore en ligne quelque part. Ou pire, si quelqu’un a usurpé mon identité et mes photos quelque part sur la toile, comme ça m’est déjà arrivé. Grand moment. Je remercie la personne qui me l’a signalée.

Ce n’est pas sur le navire que je quitte qu’il faut se retourner, mais sur celui que je gagne.

Belles et bien finies les études. Nouveau job ; premier CDI chez un grand acteur de la finance. Nouvel appartement. Et demain, encore plus de promesses, de challenges. Nous allons déménager dans plus grand. Un bel appartement rien qu’à nous, avec quatre ou cinq pièces. Puis il faudra les remplir. De notre amour, de nos passions, de souvenirs de voyages, et surtout : de nos enfants.

Il me reste encore tant à accomplir. La beauté réside en ce que désormais je ne serai plus seule. Je peux compter sur mon mari, mon cher Y., qui m’accompagne au quotidien. Mademoiselle Cléo s’efface. La Maîtresse n’existe plus, remplacée par une femme, une épouse, bientôt une mère, peut-être même une cheffe d’entreprise, une courageuse, une rêveuse, une écrivain, qui sait. Et tant pis si tout ne fonctionne pas comme prévu. Ici aussi, l’errance a été longue,  la solitude souvent pesante : mais quel bonheur, après sept ans !

Les jours passaient. Chaque semaine, je me disais qu’il fallait que j’écrive cet article. Ce site représente encore, en creux, beaucoup de choses pour moi. En exutoire, il a permis de sortir mes frustrations, mes douleurs. Il cristallise aussi un certain désespoir derrière les déceptions. J’ai rempli ma vie comme je le pouvais, en attendant de parvenir à rejoindre la personne qui me convenait. J’ai longtemps eu peur de ne pas croiser son chemin. Le hasard, on peut s’en remettre à lui mais jamais s’y fier.

Sans ce site, je n’y serai peut-être pas parvenue.

Je le répète : ne désespérez pas. C’est parfois au pire de la vague que la chance peut tourner.  Fraîchement larguée, j’étais partie avec Fred, mon amant d’alors, essayer d’oublier en Normandie mon chagrin. J’ai mis une annonce sur un site tellement glauque (BDSM fantaisie) que je n’espérais pas même une rencontre, et voilà que je me marie.

Fred va d’ailleurs très bien. Il vient parfois manger à la maison et je le revois toujours. Nous allons boire des thés et manger des galettes avec le sysadmin du site. Fred a d’ailleurs trouvé une nouvelle domina, une nouvelle copine. J’espère qu’il aura autant de chance que moi. Preuve, s’il en est, que non, ce n’est pas toujours plus difficile pour les hommes. Pour les hommes sincères, sains d’esprits, stables et pas hors-système, rien d’infaisable.

Aidez-vous et le ciel vous aidera. Le dicton est vrai même pour les athées.

J’ai assez subi l’objectification des mâles en misère sexuelle, le harcèlement et parfois les insultes, quand ce n’était pas pire ; des tentatives de manipulation, suantes d’un miel amer. Bien sûr, dans la vraie vie, aussi, ce genre de personnes existe. Mais elles sont plus rares, elles se diluent dans la foule d’indifférents. Et puis il n’y a pas ce prisme de perversion, ce qui rend même les pires échanges tout de suite bien moins salissants.

Je n’ai plus besoin de laisser la fenêtre de mon intimité ouverte en espérant que le voyageur que j’attends verra la lumière et s’arrêtera. Plus de chiens errants, de sangliers raclant la porte ou de vagabond tentant de forcer le verrou. Je ne vais plus à aucun événement lié au BDSM, je ne veux plus en entendre parler. Le mode de vie et les centres d’intérêts des gens que j’ai rencontré étaient souvent trop creux et donnaient lieu à un biais malsain. Ma vie n’appartient qu’à moi et aux miens. Personne n’aura de regard dessus ni ne pourra se permettre de la salir ou de me donner ses conseils plein de mépris.

Tout sonne creux hors de ce cocon qu’on file ensemble, plus résistant chaque jour, et dans lequel nos actes prennent du sens, alors qu’avant je regardais la machine tourner à vide. J’ai désormais trouvé un chemin plein de sens, avec mon mari. Je sais pourquoi je me lève le matin. Je m’accomplis professionnellement et personnellement. Je suis à une étape de ma vie où, maintenant que j’ai établi un socle stable, je veux nous constituer un patrimoine. Le fun, les inconnus, les bières dans les bars m’ennuient profondément.

La fermeture du site n’est pas encore actée définitivement, même si son terme dans sa forme actuelle est sans doute déjà arrivé. L’hébergement annuel coûte quand même une centaine d’euros ; aussi je regarde actuellement pour le faire héberger sur le serveur privé du sysadmin. J’écris toujours, alors autant, si le site me coûte, l’utiliser pour publier mes textes. À voir, selon mes besoins. Sinon, malheureusement, je choisirai de le fermer définitivement.

Il me ferait plaisir de garder une trace de ces écrits et de ces souvenirs, pas finalement pour eux-mêmes, mais pour leur dose d’espérance, pour les gens qui se reconnaîtront en partie dans ces tranches de vie. Peut-être mes articles permettront-ils à un autre voyageur égaré d’apercevoir un rai de lumière. Il fait toujours bon sentir une petite flamme vous réchauffer le cœur au pire du blizzard.

 

Bonne continuation,

 

Madame Cléo

4 thoughts on “Fin d’une époque”

  1. A la fois triste de savoir que ce site (si merveilleux, si bien écrit…) qui constituait un vrai temps d’échanges et de témoignages puissent (éventuellement) se fermer mais très heureux pour vous de constater que vous êtes « sur la bonne voie »…

    Vous n’avez cessé au fil de ces années de nous faire partager vos pérégrinations ; je suis sûr que de nombreuses personnes aimeraient pourvoir continuer à vous suivre…

    En tout cas, mille mercis pour tous ces instants de partage et dans l’espoir de vous lire de temps à autre ici…

    Bien à vous

  2. Je me suis tellement retrouvé dans vos écrits, vous m avez même donné envie de dépasser certains tabous et je deviens toujours un peu plus chienne. J ai adoré vraiment, chaque ligne, chaque textes, j ai tout lu. Merci pour tout

  3. Je découvre ce jour ce site et vos tres beaux écrits chère Madame Cléo qui m ont vraiment plu et bouleversé dans leurs contenus notamment cette dernier article dans lequel vous annoncé la fermeture de votre site..à mon grand regret.J espere que vous continuerez d’ éditer vos écrits par le biais de celui ci car ils sont vraiment d une grande qualité. A vous lire. Amanda Sissy soubrette

Répondre à Sissy Amanda Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *