Supernova

Ton corps étendu sur le draps me nargue par l’impertinence de ses courbes. La chaleur délicate que dégage un grain de peau clair parsemé de poils sombres m’appelle. Je ne vois que ta nuque et les ondulations de ta crinière sombre. Si beau malgré tes chairs molles. Mes ongles ont nappés ton dos d’un coulis…

Esseulée

Sans sommation elle le pousse de la hanche et l’envoie se prendre l’arrête du bureau dans les reins. Il couine, ses joues cependant gardent leur teinte rouge. La température est brusquement montée depuis qu’il a fait pénétrer l’inconnue dans son salon. Il a l’impression que ce n’est plus la fille timide, comme l’oisillon tombée du…

La petite odeur de ton cul

Haïku en prose, déblatérations nocturnes de la fin de l’été. Dédicace à G. Bataille         La petite odeur de ton cul est enivrante. Je l’aime âcre, piquante, grinçante, comme une odeur dont on peine à savoir si elle plaît ou si elle dégoûte. Non pas que je sois indécis devant ton cul :…

Petite histoire de rituel

Quand j’ouvre la porte et le découvre à genoux, nu sur le sol, les mains tendues vers moi et ouvertes sur ce beau collier de métal présenté à la manière d’une offrande, le poids de la journée s’envole. Je referme la porte, m’avance vers lui sans le quitter des yeux. Je le dévore, avec ses…

Miss

Ses petits pas tintaient à peine sur le calfeutrage des marches. J’échouai à distancer la gazelle dont j’observais la droiture contrefaite des épaules trembloter à chaque extension du genou. De sa grosse motte de cheveux sortaient quelques mèches grasses qui se tortillaient jusqu’aux omoplates. La jupe en cuir se fendait périodiquement, à intervalle régulier, aussi…

La fête

Sa tête se relève lorsque la porte grince. D’où elle est, elle ne peut rien voir. Sur la table en osier, le mégot achève de se consumer tandis qu’à ses côtés, l’unique glaçon du whisky fond à son rythme. Tout semblait si calme peu de temps auparavant, elle s’était assoupie dans une légère léthargie. Ses…