(Merci à mes deux fervents lecteurs et admirateurs, Benoit et Eric, qui ont su raviver mon quotidien cette semaine. Je leur dédie cet article)

« Quel nom, pour le bubble tea coco lait de soja ?
— Cocu.
— Quoi ?
— C O C U. Cocu. »
(5 minutes plus tard)
«Un thé lait de soja sans sucre pour coco ! »

Ô frustration, rage et désespoir ! On a tenté mais les vendeurs de notre enseigne de thé préférés ont été moins malins que prévu. D’habitude il y a une charmante trentenaire au comptoir. Yann a tout de même apprécié l’attention.

J’ai de plus en plus envie de concrétiser nos fantasmes de cuckolding. Un problème se pose, celui du choix du ou des partenaires. J’ai désormais carte blanche pour rencontrer le ou les personnes qui me conviennent. En toute transparence et confiance avec mon fiancé. Comme je l’ai déjà dit dans l’article L’ascension pro-fess-ionnelles, même la drague et le massage insistant d’un supérieur n’ont pas été ignorés de mon soumis.

Yann devenant progressivement bisexuel (dans la tête surtout pour l’instant), l’idée de partager avec lui mes amants, en toute soumission, m’excite au plus haut point. Cependant les hommes réellement bisexuels sont rares. Qu’à cela ne tienne, cela écrème. Je me vois davantage comme en recherche de gens avec qui partager des moments de complicité : le sexe biologique, le genre, la taille, ne sont pas des données qui m’intéressent en soi. Le liant intellectuel, par contre, est primordial. Peu importe le sexe ou le statut marital de ces personnes tant que tout est transparent, clair, honnête et qu’une amitié préalable se lie. Il faut évidemment que cette amitié se pare d’un soupçon de flirt pour que l’affaire m’émoustille.

Généralement le plus simple à trouver est de chercher un homme seul et de le prendre comme amant. Mon principal problème est de trouver quelqu’un qui accepterait de partager une intimité au sein de notre couple. Pour me plaire, il faut que la personne soit attractive sexuellement, physiquement mais aussi… intellectuellement. Et c’est là que le bat blesse.

Un homme sympa et intelligent en recherche d’une belle histoire, qui considère ses partenaires, sera sans doute dans l’optique de chercher une femme pour construire une relation de couple. Or, puisque j’ai déjà mon soumis et fiancé, il ne reste que la possibilité offerte par des hommes qui se fichent de mon statut marital… Autrement dit qui cherchent juste à tirer leur coup.

Je ne suis pas attirée par des coups rapides, du sexe pour du sexe, sans partager des moments, des sorties. En fait, ce n’est pas l’acte qui m’importe, puisque je peux déjà satisfaire mes besoins sexuels. Je ne cherche pas non plus un objet ou un prétexte pour pimenter mon couple et réaliser mon ou notre fantasme, sans égard pour le ou les tiers. Je me souviens, à ce propos, d’un article du blog Les Fesses de la Crémière qui s’intitulait : L’amant n’est pas une variable d’ajustement.

Aussi je ne désire que des rencontres suivies (si le contact passe). J’aimerais que mon ou mes amants deviennent des amis du couple. Je ne couche plus avec Fred depuis des semaines, nous avons arrêté notre relation BDSM à sa demande. Cependant nous nous parlons toutes les semaines et faisons régulièrement de sorties avec lui, son groupe d’amis et même avec Yann sans qu’il y ait la moindre jalousie. Tout a toujours été clair et j’apprécie cette personne pour ce qu’elle est.

Si vraiment je pouvais espérer choisir, j’aimerais avoir la chance de trouver un partenaire du même sexe que moi, qu’il s’agisse d’une femme biologique ou d’une femme transsexuelle. Yann, évidemment, ne poserait aucun problème. Je ne cherche pas forcément à l’impliquer dans toutes nos entrevues : j’aimerais pouvoir tisser une relation particulière avec une autre femme, qui me plaise, qui soit stimulante intellectuellement. Yann nous servirait. Je la vois davantage comme une égale même si je suis intriguée par la perspective de rencontrer une soumise. Une femme avec laquelle partager la domination sur les hommes serait un idéal. Je nous vois copines, complices, amantes, riant pour nous amuser. Échanger des amants, pourquoi pas, si elle est bisexuelle et qu’elle aime ce genre de choses.

Je ne me ferme aucune porte, cependant je sais que les femmes intéressées par les femmes et pas rebutées par la perspective d’un homme dans ma vie seront quasi introuvables. Mais on est jamais à l’abri d’une belle rencontre inespérée… J’ai toujours rêvé de partager ma vie avec deux partenaires, que mon goût aussi bien pour les hommes que pour les femmes puisse être également satisfait. Le contact d’une femme me manque actuellement et je m’imagine capable d’aimer une autre femme pour peu que quelque chose d’incroyable arrive… Ce serait un beau rêve. Aimer aussi fort un autre homme au niveau de ce que j’aime actuellement mon fiancé me semble plus difficile (statistiquement improbable pour être exact) et impossible d’un point de vue logistique.

Une alternative plus réaliste consisterait à rencontrer un jeune couple sur la même longueur d’onde. Nous adorerions rencontrer un couple de (vrais) bisexuels plutôt coquins, qu’il s’agisse de libertins, de curieux ou de gens dans le BDSM, dans une configuration similaire ou de switches ou de vanilles. En fait j’imagine ces gens être nos amis : nous ferions des restaurants, des musées, des saunas ou hammams et qui partageraient de tendres soirées. Le goût du vice, de la transgression et du partage nous rapprocheraient. Quel plaisir dans la rue ou en public de parler sans frein avec mon fiancé, de l’appeler cocu, de lui raconter des anecdotes Dans cette alternative, chacun a déjà un partenaire. La connexion peut à la fois être suivie sans être menaçante ; cela laisse en outre la place à une relation plus complexe sans finir fatalement dans la consommation.

J’espère vite avoir bientôt une belle opportunité avec quelqu’un. Les flirts, les petites sorties épicées, l’excitante incertitude me manquent en ce renouveau printanier.

J’attends avec impatience de pouvoir sacrer mon roi de son casque à cornes !

4 thoughts on “Cocu fourré coco”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *