Figging feaguing gingering : comment épicer l’acte sexuel ?

Les concombres, courgettes et aubergines ont une réputation sulfureuse depuis que nous les utilisons en guise d’images métaphoriques pour décorer les sextos ou les plaisanterie qu’on s’échange par SMS. Cependant, ces légumes ne sont pas les seuls à garnir aussi bien nos orifices que nos assiettes. Certaines personnes, plus ingénieuses ou plus insensées que les autres (au choix, selon votre point de vue), mêlent également les épices au sexe. Saviez-vous notamment que le gingembre, cette racine exotique, fait l’objet d’un acte sexuel à part entière, appelé figgingfeaguing voire gingering, et que ce dernier est un classique du sexe BDSM ?

figging feaguing gingering avec gingembre

Qu'est-ce que le figging ou feaguing ?

Les orthographes varient mais la pratique est identique. Le feaguingfigging ou gingering consiste à mettre en contact un bout de gingembre pelé à un orifice sexuel. Il peut s’agir du vagin ou de l’anus d’une personne. 

Le figging est peu connu hors de la sphère BDSM (entendez Bondage, Domination, Soumission et Masochisme). Il s’agit d’une pratique assez courante.

L'histoire du feaguing

Le figging n’est pas une pratique neuve. Elle remonte au XIXe siècle et peut-être même avant. Au départ il s’agissait d’une astuce de paysan ou de vendeur de bétail. Le vendeur peu scrupuleux étalait du poivre, du gingembre ou du piment sur l’anus d’un vieil animal (cheval, mule, âne ou bœuf, c’est selon). La brûlure lui faisait lever haut la queue et le rendait nerveux ce qui masquait ses défauts. En effet, un cheval âgé ou malade aura l’œil terne et se montrera très voire trop calme malgré les bruits et l’agitation de la foire. Avec le gingembre, le problème est résolu.

Quel est l'intérêt du figging ou feaguing ?

Le figging est utilisé lors de rapports BDSM (entendez Bondage, Domination, Soumission et Masochisme). A priori, on peut se demander pourquoi le pratiquer.

Le gingembre, plante aphrodisiaque

Le gingembre n’usurpe pas sa réputation de racine aphrodisiaque. En effet, le gingembre est consommé depuis des temps immémoriaux pour aider les hommes comme les femmes à stimuler leur libido. Le côté épicé du gingembre et ses propriétés toniques en font un parfait aphrodisiaque. Aussi, en appliquant le gingembre pelé directement sur les muqueuses, surtout au niveau de l’anus où la peau est fine et richement irriguée, on peut espérer aspirer une partie de ses bienfaits directement. Cependant cet effet est d’abord psychologique d’autant que le gingembre provoque des démangeaisons. L’originalité de l’acte et le côté permet à lui seul d’éveiller le désir. 

L’anus est une zone érogène particulièrement puissante en raison des tabous associés et de son aspect défendu. C’est sans compter sur le fait que ces messieurs ont la chance d’avoir, à quelques centimètres de l’entrée, une prostate qui, une fois stimulée, leur procure du plaisir. Bien taillée et inséré, le gingembre appuie là où ça fait du bien et dégage une chaleur douce-amère dans la région prostatique, de quoi raviver l’énergie d’un amant un peu mollasson !

Douleur et plaisir du gingering

Pour les amateurs de masochisme, la gêne occasionnée par le gingembre leur offre des sensations étonnantes. En effet, le fait de mettre en contact du gingembre avec les muqueuses provoque, au départ, une légère démangeaison. La démangeaison se transforme en chaleur, parait-il assez agréable, puis en franche brûlure. Selon la quantité de gingembre frottée, la sensation sera plus ou moins douloureuse. La brûlure s’atténue, elle disparaît en une vingtaine de minutes environ et ne laisse aucune séquelle.

Mais le masochisme ne se cantonne pas à la douleur physique. Un autre versant moins connu du masochisme concerne le masochisme psychique, lorsque la personne aime se sentir rabaissée ou humiliée dans le cadre de jeux érotiques consentis. Dans ce cas, le fait de devoir se déculotter, de se pencher ou d’écarter les fesses devant le regard sévère de son partenaire suffit à son plaisir. La démangeaison et la gêne ressentie lors du gingering assure au masochiste une souffrance tant du corps que de l’esprit.

La minute sécurité

Les puristes aiment laisser la racine directement dans l’anus ou dans le vagin : pelez l’équivalent d’un doigt, pelez la racine en biseau et prenez garde de laisser la base, plus large, dépasser, sans quoi vous pourriez bien aspirer le gingembre !

Feaguing, figging ou gingering, quelle que soit votre préférence, un minimum de précautions s’impose. Si cette pratique n’occasionne normalement pas de problème, il ne faut en revanche pas frotter le gingembre sur une muqueuse déjà irritée (par exemple en cas d’herpès, de fissure anale ou d’hémorroïdes). N’oubliez pas non plus de vous assurer que votre partenaire n’a pas d’allergie reconnue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *