Découvrez les 10 fétichismes les plus répandus au monde

10 fétichismes les plus répandus au monde Blog osé Repaire Amazones

En matière de sexualité, le fétichisme désigne le fait d’être excité sexuellement par une partie du corps, une matière ou une pratique sexuelle sortant de la norme. Sans parler des fétichismes acceptés qui, dans l’imaginaire collectif, n’en sont pas vraiment (par exemple, le fait d’aimer les seins ou les fesses), je vous livre les dix fétichismes les plus répandus au monde.

Fétichismes répandus : les pieds

Le fétichisme des pieds est sans doute le premier auquel on pense lorsqu’on évoque le sujet du ou des fétichismes répandus.

Une grande quantité d’hommes hétérosexuels sont excités devant des pieds féminins. Si les femmes fétichistes se font plus rares (ou plus discrètes), ce fétiche est également répandu au sein de la communauté gay.

Le fétichisme des pieds se décline en multiples variantes : excitation en reniflant ou en léchant des pieds, préférence pour les pieds plats, les petits pieds, les pieds courbés, les pieds transpirant ou puant.

Le fétichisme des pieds est inhérent au genre humain. Quand on lit des récits érotiques du XVIIIe siècle, les scènes de fétichisme des pieds sont fréquentes. À l’époque, il semble normal d’être attiré par les pieds comme par les fesses ou par les seins. De plus, en Chine, il était encore habituel au début du XXe siècle de rencontrer des femmes avec des petits pieds. Cette pratique consistait à bander les orteils de la fillette avant la puberté pour entraver la croissance des pieds. Cette opération occasionnait de multiples douleurs et une malformation des pieds mais était jugée particulièrement esthétique et séduisante. Elle est depuis interdite.

Fétichismes presque aussi répandus : les chaussures

Le fétichisme des chaussures est une variante du fétichisme des pieds. Il s’agit cette fois-ci d’une excitation particulière ressentie en regardant, léchant ou se frottant contre les chaussures et les talons portés par un partenaire sexuel.

Les hommes hétérosexuels fétichistes des pieds aiment souvent également les escarpins ou les talons hauts bien que tous les types de chaussures puissent séduire. Les bottes, cuissardes ou rangers sont également très prisées des fétichistes.

Fétichisme des piercings et des tatouages

Initialement réservés à des groupes sociaux particuliers, les tatouages et les piercings se sont aujourd’hui généralisés et on gagné en popularité depuis une décennie. Afficher ces derniers publiquement est mieux accepté qu’auparavant même si les tatouages et les piercings stigmatisent parfois dans certains milieux professionnels.

Jugés cool ou transgressifs, les tatouages sont prisés par bien des hommes et bien des femmes. Ainsi, les hommes tatoués sont considérés comme très virils tandis que les femmes tatouées, autrement appelées suicide girls, sont perçues comme des femmes entreprenantes à la sexualité débridée.

Les piercings génitaux, qu’ils se trouvent sur le gland, sur les tétons, sur les lèvres ou sur le capuchon du clitoris, attirent de nombreux fétichistes car leur emplacement demeure caché : ils ne se dévoilent qu’à ceux qui méritent de les voir.  Aussi, rien d’étonnant à ce que de plus en plus de personnes éprouvent une excitation sexuelle particulière devant ces ornements, ce qui fait du fétichisme des piercings un des fétichismes les plus répandus et les plus en vogue du moment.

Fétichismes répandus : l’uniforme

Personne n’est épargné par ce fétichisme.

L’uniforme représente une fonction. En faisant l’amour avec une personne avec un uniforme, on épice ou rend transgressif le quotidien. L’uniforme est également une marque d’autorité dans certaines professions, comme c’est le cas pour les policiers ou les médecins.

Les fétichistes de l’uniforme possèdent leurs propres préférences : ils sont souvent excités un type d’uniforme en particulier. Ce fétiche peut être poussé à l’extrême jusqu’à ne ressentir de l’excitation que devant un uniforme possédant des caractéristiques datés précises (par exemple, l’uniforme d’un chef artilleur de la marine royale française).

D’autres, se souciant moins des détails, se satisferont d’un déguisement ou d’une version fantaisiste de l’uniforme : dans ce cas, c’est la fonction représentée par l’uniforme davantage que l’uniforme qui attire ce type de fétichistes.

Fétichisme du cuir

Le fétichisme touche également les matières particulières. Parmi ces dernières, le cuir est l’une des plus prisées.

Véritable matière vivante, le cuir se décline de multiples façons et donne de l’allure aux tenues. Son côté tantôt lisse, tantôt rugueux et son utilisation dans de nombreuses tenues et accessoires sexuels tels les harnais, slip cloutés ou pantalons le rendent populaire.

Fétichisme du latex

Deuxième matière très populaire et source de fétichismes répandus, le latex.

Le latex est une matière plastique extrêmement collante qui fait l’effet d’une seconde peau. On transpire beaucoup sous le latex.

Difficile à enfiler, le latex requiert un entretien particulier : on optera pour du latex chloroformé pour faciliter l’habillage et on veillera notamment à appliquer du talc sur sa peau.

Les passionnés prennent un soin tout particulier de leurs pièces en latex. Ils apprécient de les collectionner. On trouve aujourd’hui un grand choix de pièces en latex. Certains fétichistes du latex aiment porter des combinaisons intégrales ou des masques à gaz en latex pour compléter leur tenue.

Attention, le latex provoque des allergies. Il faut donc faire attention la première fois qu’on entre en contact avec cette matière si on n’est pas sûrs de sa sensibilité personnelle.

Fétichisme du vinyle

Impossible d’évoquer le latex et le cuir sans parler de la dernière matière, le vinyle, qui est un des fétichismes répandus au même titre que le latex ou le cuir.

Le vinyle est une matière plastique au même titre que le latex mais, à son contraire, le vinyle est rigide. Les amateurs de vinyle aiment son côté lisse et sa brillance incroyable. Le vinyle est utilisé pour faire de grands impairs ou pour des jupes, robes et bottes près du corps.

Fétichisme des cheveux ou des poils

À la puberté, les poils des hommes comme des femmes poussent sur les aisselles, le pubis, le ventre et le torse. Ils montrent alors que l’individu a atteint sa maturité sexuelle et est prêt à se reproduire. De plus, les poils retiennent la sueur, les odeurs et sécrètent des phéromones. Quant aux cheveux, les cheveux longs sont des symboles de virilité et de force pour les hommes et de féminité pour les femmes dans bien des cultures. Aussi, que ce soit pour des motifs religieux ou culturels, certaines femmes couvrent leur chevelure en signe de pudeur.

De tout temps, les cheveux et autres poils du corps humain ont été considérés comme des atouts de séduction. Certaines personnes ressentent donc le besoin de caresser, renifler ou lécher les cheveux, la barbe, le pubis ou les aisselles de leur partenaire afin de profiter des odeurs et du toucher des poils.

Fétichismes de la lingerie : très répandus

Pendant la Saint-Valentin, nombre d’hommes offrent à leur moitié de la lingerie fine. Jugée particulièrement attrayante et sexuellement suggestive, la lingerie, parce qu’elle est portée par les femmes et fait l’objet de multiples attention, attire. On ne montre pas sa lingerie à n’importe qui !

De plus, le tissu entre en contact avec les zones les plus secrètes du corps humain, ce qui suscite l’envie.

Les fétichistes de la lingerie aimeront ainsi voir leur partenaire porter de la belle lingerie ou désireront porter de la lingerie. Ils se plairont parfois à collectionner et renifler des sous-vêtements (portés ou non). Ce fétichisme, peu tabou au japon, possède son propre nom : burusera.

Ce fétichisme peut s’accompagner d’autres fétichismes (fétichisme des odeurs génitales, urolagnie, etc.).

Fétichisme des aisselles

Dans le passé, les manches très courtes et les débardeurs n’existaient pas : aussi il était difficile d’apercevoir les aisselles d’un ou d’une inconnue.

Comme le sexe, les poils des aisselles se couvrent de poils à la puberté. Ces derniers rappellent, en filigrane, les poils du pubis et sont donc associés. De plus, les aisselles, en raison de la transpiration, dégagent une odeur et des phéromones qui peuvent être trouvés très excitant.

Les fétichistes des aisselles éprouvent donc un plaisir particulièrement vif lorsqu’ils peuvent renifler, lécher et se frotter (ou frotter leur sexe) sous les aisselles de leur partenaire. Moites ou fraîches, épilées ou touffues, les préférences des fétichistes en matière d’aisselles demeurent variables.

Fétichismes répandus vs fétichismes de marge

Hormis ces dix fétichismes, bien d’autres existent mais demeurent marginaux. La parole n’étant pas libérée, beaucoup de personnes les gardent pour eux et n’osent pas les révéler à leur moitié.

Cléomène Muceignet

Derrière ce nom se cache une entrepreneure francilienne mais surtout une femme profondément et amoureusement fétichiste. Cléomène Muceignet explore les rivages des sexualités défendues depuis maintenant une dizaine d'années. Elle écrit également des nouvelles érotiques et pornographique qu'elle diffuse au format ebook.

Articles recommandés

3 commentaire

  1. […] Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la forniphilie est un fétichisme sexuel assez commun (du moins dans l’univers BDSM et fétichiste), même s’il l’est moins que les dix fétichismes présentés ici. […]

  2. […] des seins, des fesses ou des organes génitaux. D’autres demeurent des curiosités même s’ils sont en réalité assez répandus parmi la population. En revanche, les plus exotiques d’entre eux sont souvent marginalisés ou tournés en ridicule, […]

  3. […] endroit que les aisselles : hormis les fétichistes patentés, peu d’entre nous nous sommes aventurés sur ce terrain moite et vallonné. Nous trouvons […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *